Pendant les fêtes, les auxiliaires restent aux côtés de nos aînés !

Accompagner une personne âgée, en pratique
Pendant les fêtes, les auxiliaires restent aux côtés de nos aînés !

Priscilla, auxiliaire depuis plus d’un an chez Alenvi, nous raconte comment sont vécues les fêtes de fin d’années chez les auxiliaires qui, bien souvent, continuent leurs accompagnements pendant cette période. Pour nos aînés, leur présence est très importante, les évitant de passer ces moments conviviaux tout seuls. Cette année, leur présence est encore plus attendue au vu du contexte sanitaire dans lequel nous sommes, qui complique les retrouvailles avec les personnages âgées.

Les fêtes de fin d’années pour les auxiliaires d’envie

C’était un peu dur mais j’étais heureuse d’être présente pour les bénéficiaires dont je m’occupe.

« On s’organise ! L’année dernière, j’ai travaillé le jour de Noël et le jour de l’An. Personnellement, c’était la première fois que je travaillais pendant les fêtes et que j’étais loin de ma famille donc ça a été un peu dur. En même temps, j’étais heureuse d’être présente pour les bénéficiaires dont je m’occupe pendant cette période de convivialité et de joie. Les bénéficiaires sont inquiets de se retrouver seuls pendant les fêtes, inquiétude aussi présente au sein des familles. En tant qu’auxiliaire, notre mission est de ne pas les laisser seuls, d’être présents ou de trouver des remplacements quoi qu’il arrive. 

J’ai de la chance car je ne travaille pas cette année. Je vais donc retrouver ma famille tout en faisant bien attention. Je me dois de me protéger mais en même temps je ne peux pas m’empêcher d’aller voir ma famille. Les fêtes vont être un peu particulières cette année ! »

L’organisation en équipe le jour des fêtes

« Cette année, beaucoup de bénéficiaires sont absents dans mon équipe. Il y a juste un bénéficiaire qui a besoin d’accompagnement pour le jour de Noël donc l’organisation ne sera pas difficile ! Pour le jour de l’An, nous n’avons pas encore défini mais ça sera peut être la même chose donc ça ne sera pas très compliqué de s’organiser entre nous. Dans mon équipe, tout le monde ne fête pas Noël donc pour certains c’est même intéressant de continuer à travailler pendant cette période. On équilibre en fonction des besoins de chacun. L’année dernière, j’avais dû travailler car j’étais nouvelle et certains avaient déjà travaillé déjà l’année d’avant et voulaient retrouver leurs familles : on essaye de faire un roulement.  La priorité est aussi mise sur les collègues qui ont des enfants. Par exemple, un de mes collègues a une petite fille qui va à la crèche et celle-ci ferme pendant les vacances donc nous faisons le nécessaire pour l’arranger ! Nous essayons aussi de respecter notre organisation en binôme chez les bénéficiaires pour ne pas que ce soit une nouvelle tête qui vienne le jour de Noël. Un des binômes se rend disponible généralement. On s’arrange !

Cette année, ça va être encore plus particulier… On ne va pas fêter Noël comme on le souhaiterait, ça va être un peu différent. »

Cuisiner pour les personnes âgées

L’accompagnement chez un bénéficiaire un jour de fête

Elle m’a souhaité bonne année tout en espérant que ce soit la dernière.

« Ce sont toujours des moments un peu particuliers. L’année dernière pour le jour de l’An, je me suis occupée d’une dame dont l’état s’était dégradé pendant l’année. Elle ne marchait plus mais elle avait encore toute sa tête. À mon arrivée, elle m’a souhaité une bonne année tout en espérant que ce soit la dernière. C’est vrai, que ça m’avait un peu surprise. 

Pour ces jours de fête, on essaye de préparer un bon repas. L’année dernière je suis allée chez Picard pour acheter des petits plats festifs, j’avais acheté du foie gras et une bûche. Nous essayions de faire en sorte que ce soit des bons moments pour eux car ils n’ont pas forcément de famille. Ce moment partagé ensemble les rassure car ils ne sont pas seuls. Je me mets à leur place et je me dis que ça ne doit pas être évident donc j’essaye de faire attention à eux ! Même s’ils n’ont pas leurs familles avec eux, nous sommes là et nous ne sommes pas des inconnus car nous nous voyons souvent et nous sommes attachés à eux. Les bénéficiaires nous offrent aussi souvent des petits cadeaux. Une dame m’a offert il y a quelques jours une belle écharpe. C’est sympa ! »